Armement de la police municipale: mes réserves

image

Lors du dernier conseil municipal marmandais, les élus ont décidé de permettre l’armement d’une dizaine de policiers municipaux. Cette décision n’est pas unique puisque d’autres municipalités ont fait le même choix, dont Pau récemment. Évidemment, le climat ambiant marqué par deux ans de terrorisme en France et plus de 200 victimes ne peut laisser personne indifférent. Pourtant, l’armement des polices municipales est-elle une solution sécuritaire appropriée à la période troublée que nous vivons ?
Premier argument en faveur de cet équipement : les policiers municipaux sont devenus des cibles pour les terroristes. C’est vrai, comme tous les représentants de la force publique qui agissent en uniforme. Cependant, les attentats perpétrés en France ont aussi frappé des journalistes, des amateurs de hard rock et des parisiens en terrasse parce qu’ils représentaient une profession ou une activité réprouvée par les terroristes. Doit-on pour autant armer chacune de ces catégories sociales ou professionnelles à chaque fois qu’elles deviennent victimes d’une attaque ? La réponse est contenue dans la question, à l’évidence, et ce serait céder à une américanisation de la société que de croire au bien-fondé de la prolifération des armes à feu pour la sécurité publique.
Ensuite, cet armement pose la question du rôle de la police municipale. J’ai la conviction que les policiers municipaux doivent demeurer une police de proximité, une police de dialogue, une police de lien social, une police qui œuvre au vivre-ensemble. L’échange est-il le même face à un fonctionnaire armé d’un gros calibre à la ceinture, comme le 357 magnum ? Les policiers municipaux marmandais étaient déjà dotés du pistolet à impulsion électrique, le Taser, leur arsenal s’agrandit désormais. Symboliquement, c’est un geste fort.
Enfin, les élus marmandais s’émeuvent des drames que notre pays a connus et imaginent que ces armes permettront d’éviter le pire, s’il devait malheureusement arriver. Il est délicat d’avoir des certitudes sur ce point, cependant il est un souhait que l’on peut tous partager : que cette question des armes à feu à Marmande ne fasse plus jamais l’actualité. Car ce ne pourrait être que pour de mauvaises raisons.

Jonathan Biteau

Délégué 2e circonscription

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !